Le cigare à la Une : Balmoral Puro Nicaragua Rothschild Masivo

Vendu dans un coffret en bois de 20 unités et arborant une belle bague faisant honneur aux terres volcaniques de son pays natal, ce Rothschild obtient notamment nos félicitations pour son prix très attractif – un atout par ces temps d’augmentations tous azimuts.

Par Gabriel Valentin

Balmoral se lance dans le puro. Et, pour la première fois, cette nouvelle édition siglée « Nicaragua » est confectionnée… au Nicaragua. Héritage de la période Agio, la marque roulait jusque-là toutes ses vitoles en République dominicaine. Mais, depuis son rachat par STG, elle appartient à un groupe qui dispose de plusieurs fabriques dans les Caraïbes et en Amérique centrale. Cette nouvelle gamme est composée pour l’instant d’un Rothschild Masivo et d’un Petit Robusto (dégustation à lire dans L’ADC n° 156).

 

Dégustation

Fabriqué au Nicaragua
Cape, sous-cape, tripe : Nicaragua
Dimensions : 125 mm × 55
Module : Robusto
Prix : 8,90 €

 

Aspect : Cape chocolat aux beaux reflets cuivrés. Nombreuses nervures.
Dégustation à cru : Notes d’étable, touches sucrées (pain d’épices) et de cuir. Bon tirage.

Dégustation après allumage :

Premier tiers : Au démarrage, le Rothschild est tout de suite dans le match autour de notes organiques et de café. Gros volume de fumée très confortable et belles sensations grasses en bouche. Rapidement, les notes deviennent plus rondes, avec des saveurs briochées. Ce premier tiers déroule une très jolie palette, et déjà une bonne complexité. La fumée reste ample et huileuse, laissant une très bonne empreinte en bouche. Ce premier tiers est très aromatique et très riche, avec une puissance bien canalisée et maîtrisée.

Deuxième tiers : Le deuxième tiers est dans la continuité du premier, avec toujours cette rondeur et cette richesse qui dominent. Les arômes sont très équilibrés, légèrement plus boisés et torréfiés qu’au premier tiers. Une légère pointe de poivre noir est sensible en fond de bouche. Très bonnes construction et combustion, malgré un remplissage et un toucher parfois mous sur certains exemplaires. La cendre est blanche et compacte. La dégustation se poursuit sans faute, et de façon très séduisante.

Troisième tiers : Le dernier tiers gagne légèrement en intensité, sans se déséquilibrer. La palette aromatique reste grasse et complexe avec des notes organiques de café vert et d’écorce de bois. De plus, la fumée ne chauffe pas, ce qui est appréciable. Même si l’on constate peu d’évolution notable, on aime cette maîtrise régulière, sans à-coup. La vitole tient son rythme jusqu’au final, sans fausse note. Elle se déguste jusqu’au dernier centimètre.

Conclusion de L’Amateur :
Ce puro Nicaragua offre une excellente prestation. Il est aromatique, complexe, puissant mais sans excès. On passe avec lui un excellent moment de dégustation. Il ne lui manque qu’un très léger coup de tonus pour atteindre un équilibre parfait. Un tantinet linéaire donc, mais plaisant, gourmand et parfaitement construit. Une belle réussite dans une marque qui nous a souvent heureusement surpris par ses nouveautés.

Note d’arômes : 8/10
Note de puissance : 6/10
Persistance aromatique : 7/10

Bagues : 4,5

 

Vous devriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

Nullam diam in venenatis, elit. tempus