Macanudo – Art/Cat/accueil (FR)

Qui était la Veuve Clicquot ?

La Veuve, comme on l’appelle en Champagne, ne craint pas de cultiver son côté décalé et d’entretenir sa complicité avec le monde du cigare.

par Jean Cottereau

Les amateurs de cigare ne sont pas tous des excentriques, mais les brimades que l’époque leur impose en font des membres d’une société à part, les obligeant à cultiver une certaine dissidence. Peu de grands noms du luxe s’amusent à jouer sur ce registre. Ou ils n’osent pas ou ce n’est pas, comme on dit, dans leur culture. Le champagne Veuve Clicquot fait exception. Il ne respecte pas les codes et cela dure depuis plus de deux cents ans. Le culot et même la provocation font partie de ses gènes. Témoin sa cuvée de base, le brut Carte jaune, qui défie avec crânerie toutes les règles.

Carte jaune, d’abord : cela sonne comme une infraction et un avertissement. Quelle faute a donc commise cette bouteille ? Une inconvenance, tout simplement. Le jaune, voilà l’erreur. Depuis des siècles, c’est pour les Européens la couleur mal-aimée, le symbole de la trahison, de la fourberie, de l’adultère. Inventé par la veuve Clicquot en personne, ce jaune d’œuf est déposé depuis 1877. Il est le signe distinctif de la marque, désigné aujourd’hui par un code Pantone chiffré que la maison ne souhaite pas divulguer. Au milieu d’une rangée de bouteilles, on identifie aussitôt ce jaune-orangé agressif, l’étendard claquant de « la Veuve ».

 « Cliquer », en vieux français, c’est faire du bruit

La Veuve, là aussi il fallait oser. C’est la fondatrice de la maison qui s’est permis la première cette hardiesse. Tellement copiée par la suite que des maisons de champagne ont cru bon de s’autodélivrer un certificat d’honorabilité ou de sérieux en précédant leur nom de cet état. La Veuve, ne l’oublions pas aussi, c’est la guillotine. Souligner la mort et le deuil quand on symbolise la fête et la frivolité, il fallait une bonne dose d’inconscience. Ou le génie marketing ! Clicquot en plus : Clicquot, nom tapageur, balzacien dans sa consonance si expressive. « Cliquer », en vieux français, c’est faire du bruit. Les bulles de champagne qui remontent doucement à la surface ne font pas de bruit, tout juste un soupir, un murmure. Encore l’art du contre-pied !

Pour couronner le tout, cette femme remarquable se prénommait Barbe-Nicole – sainte Barbe serait morte vierge et martyre, décapitée par son père –, comme pour souligner son autorité et sa virilité, qu’a su si bien saisir le peintre Léon Cogniet. Un tableau envoûtant et l’une des représentations les plus saisissantes de la bourgeoisie française du xixe siècle. Le regard est froid et perçant, sans illusion sur le monde. Mais quelle souveraineté ! La marque a choisi le portrait de cette femme distante pour nous faire rêver.

« Les amateurs de Veuve Clicquot forment une société secrète »

Ce paradoxe est parfaitement maîtrisé par la maison, qui fait partie du groupe LVMH. Le champagne qu’elle produit est reconnu unanimement pour la constance de sa qualité, entretenue par une lignée de chefs de cave hors pair.

Chez la Veuve, aucun tabou, on est prêt à expérimenter tous les accords possibles. Il existe certainement des connivences entre le monde du cigare et cette marque qui ne craint pas de maltraiter l’esprit de sérieux. « Les amateurs de Veuve Clicquot forment une société secrète », assurait naguère un mot d’ordre de la maison, qui laissait entendre par là que cette coterie était ouverte à tous, la définition même de l’amateur, homme entièrement libre de ses choix, qui ne craint pas le « déraisonnable ».

Vous devriez aimer aussi...

Laisser un commentaire