balmoral- Art/Cat (FR)

Le 421 : la civette gagnante du Bordelais

Cette brasserie bordelaise est devenue en quelques années la civette favorite des amateurs du Sud-Ouest de la France. Un succès mené tambour battant.

Éric, Angelina et Donato Cattellani ont l’accent chantant et la faconde des gens du Sud. En quatre ans, cette famille corse a fait de sa brasserie-tabac, Le 421, le rendez-vous de tous les amateurs du Sud-Ouest. En 2011, lorsqu’ils rachètent cet établissement situé à la lisière de Bordeaux, les Cattellani n’ont encore jamais vendu de cigares mais leur prédécesseur leur a signalé que de nombreux clients en demandaient. Angelina, l’épouse d’Éric, qui apprécie le cigare, prend les choses en main : elle installe une armoire, puis deux. Six mois plus tard, l’établissement en compte quatre. Deux ans après, Éric crée une pièce humide. Sans savoir qu’une petite révolution va secouer le monde du cigare bordelais : la fermeture de l’institution locale, la fameuse Régence…

450 références de havanes

La nature ayant horreur du vide, la plupart des amateurs qui se fournissaient cours du XXX-Juillet prennent désormais le chemin d’Eysines. « Si j’avais su que La Régence allait baisser le rideau, j’aurais fait une pièce encore plus grande », affirme aujourd’hui Éric, non sans une pointe de regret. Mais loin d’être exiguë, la civette accueille plus de 450 références. Tous les terroirs sont représentés avec toutefois une prédilection pour les havanes. « Bordeaux reste très cubain, le Magnum 54, le Hoyo de San Juan ou le robusto de Ramon Allones figurent parmi nos meilleures ventes », souligne le patron, qui connaît ses clients sur le bout des doigts (beaucoup sont devenus des amis).

A déguster sur place

Autre atout : la brasserie compte deux terrasses. Une aubaine pour les amateurs qui, après le déjeuner, filent à la civette pour conclure avec un cigare. « À l’ancienne », pourrait-on dire en se souvenant des temps bénis où allumer une vitole après un bon repas coulait de source.

Voilà comment les Cattellani sont devenus les plus gros vendeurs de cigares de tout le grand Sud-Ouest. Ce qui explique aussi pourquoi la civette est toujours parfaitement achalandée. Le 421 ne connaît jamais la pénurie, même pour les vitoles exceptionnelles comme les Behike, qui suscitent parfois des réactions irrationnelles. « Un jour, un client m’a proposé de racheter le stock au double du prix ! J’ai refusé, je ne mange pas de ce pain-là », glisse Éric en souriant.

Côté conseils, les amateurs peuvent aussi compter sur Donato, le fils. À vingt ans, il fait preuve d’une culture à toute épreuve, aussi bien sur les classiques que sur les nouveaux terroirs. Il a commencé à fumer adolescent et le cigare est désormais pour lui une véritable passion. Une passion qu’il partage en famille, bien sûr, mais aussi avec tous les clubs de la région qui ont trouvé une deuxième maison avec Le 421. Tout comme les propriétaires des châteaux des alentours qui viennent y déguster grands crus et puros. Le temps d’une communion entre amoureux de terroirs.

Le 421, 69, av. de Saint-Médard, 33320 Eysines. Tél. : 05 24 60 38 64. www.brasserie421.fr

Vous devriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

Donec Curabitur ut venenatis, elit. mi,