À Knightsbridge, quartier cossu de Londres, au-dessus du bar de l’hôtel Bulgari, le Edward Sahakian Cigar Shop cultive un chic coûteux. Nous avons grimpé l’escalier qui y mène : silence feutré et havanes anciens.

Par Jean-Pascal Grosso

Il s’agit là d’upper class. On le sait rien qu’à voir la tête du client, une fois arrivé au bar. Tous quadragénaires accomplis ou quinquas du même bois, ou plutôt du même alpaga : la barbe bien taillée ou rasés de frais, le veston impeccable venu de Savile Row, l’adresse londonienne du costume sur mesure, entourés d’un aréopage féminin registre cinq étoiles. Pour sûr, ils ont majordome, cuisinière, diététicien. L’air concerné tout de même par leur cocktail sérieux ou la singularité de leur eau gazeuse, avec, près du verre, le portable dernier cri, conciergerie privée en appli.

Bulgari Hotel, l’impératif du chic

Au Bulgari Hotel, 171 Knightsbridge, esthétique adresse située entre Harrods et le Royal Albert Hall, le chic est plus que de mise, c’est un impératif. Et tant pis pour les récalcitrants. Le silence y est feutré, dans le strict respect du dogme hôtelier international. Derrière son comptoir, un « mixologue », nouveau mot à la mode, s’enquiert de notre chemin. Nos pas étaient discrets pourtant… « The Cigar Lounge, please ? » C’est au-dessus.

La crème de la crème

Monté donc le fameux et exigu escalier, qui donne à l’aventure – c’est fait exprès – un parfum de croisière en yacht de luxe, nous voilà enfin à notre sujet : acajou en provenance de Chine partout, larges fauteuils, éclairages étudiés. D’un côté, le Cigar Shop. De l’autre, derrière une baie vitrée, le fumoir. Mike Choi est là, attentif, énergique, papillonnant entre des aficionados en pleine discussion. « Bulgari s’est entouré des meilleurs partenaires pour son établissement londonien : Espa pour le spa, Alain Ducasse pour la gastronomie et Edward Sahakian pour les cigares », sourit le manager. Edward Sahakian, c’est la crème de la crème du cigare en Angleterre. Son nom est lié à la mythique boutique Davidoff de St James’s Street, « upper-classieux » en somme.

1 100 livres pour un Davidoff cubain

Au fil des trente-cinq années passées à la tête de cette boutique, Sahakian père a amassé des cabinets fabuleux qui sont aujourd’hui des trésors vintage réservés à une clientèle éminente. Outre les grands classiques, on trouve, dans les vitrines éclairées par une lumière diffuse du Edward Sahakian Cigar Lounge, parmi les cent trente vitoles proposées, quelques raretés tels des Davidoff Aniversario N° 1 cubains de 1986 à 1 100 livres (1 270 euros) pièce. « Mais le plus précieux à mes yeux, affirme l’enthousiaste Mr Choi, est un cigare d’avant-embargo, un Bock y Co Petit Corona de 1950 que nous vendons 180 livres (208 euros). » De là à considérer l’endroit comme très – voire trop – exclusif… « Au contraire, assure-t-il serein, ici tout le monde est le bienvenu. Des fumeurs débutants à Bill Clinton, nous avons toutes sortes de clients. Avec comme point commun l’amour du cigare. »

The Edward Sahakian Cigar Shop,

171 Knightsbridge, SW7 1DW Londres.

Tél. : + 44 (0) 207 151 1101

Site : www.bulgarihotels.com

Vous devriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

consectetur Lorem elit. Nullam ut Sed massa