balmoral- Art/Cat (FR)

Comment fumer les (très) gros modules ?

Une interrogation sur le cigare ? Ce mois-ci, Alban Cordier nous donne quelques conseils pour déguster les cigares XXL.

 

S’ils n’existaient pas il y a encore quelques années, il n’est plus rare aujourd’hui de trouver en civette des modules dont le diamètre dépasse allègrement le cepo 56 (22,03 mm, le plus gros cepo du catalogue cubain), voire les 60 (23,81 mm) ou 70 (27,78 mm). Quelques marques se sont même fait une spécialité de ces cigares à large diamètre, comme Asylum 13, CAO ou Nub.

 

Basse température…

 

Les gros cepos ne font pas l’unanimité. Pour leurs détracteurs, ils fatiguent la mâchoire, font saliver de façon excessive… sans compter qu’ils peuvent donner au fumeur un air un peu ridicule. Toutefois, ces modules « hors gabarit » présentent généralement un bon rapport prix/durée de dégustation et permettent de profiter d’une fumée à bonne (i.e. basse) température.

Nous vous conseillons évidemment de ne vous attaquer à ce type de module que quand vous disposez du temps nécessaire, en soirée ou après le déjeuner.

 

… et richesse aromatique

 

D’abord, tordons le cou à une idée reçue : les gros cigares ne sont pas plus puissants que les petits. Alors que ces derniers, dont le tirage est souvent plus difficile en raison d’une moindre exposition de la tripe à l’air et qui sont roulés par les torcedores les moins qualifiés, proposent généralement une expérience moins riche et plus directe, les gros modules bénéficient d’une température de fumée moins élevée et sont donc plus favorable à l’expression des arômes. Et, compte tenu de la dose de tabac qu’ils contiennent, la quantité de nicotine délivrée est mécaniquement plus importante.

 

Les + d’Alban Cordier

 

La coupe

Plusieurs spécialistes, notamment Christian Eiroa (à l’origine de la marque Asylum 13 qui propose les plus gros cepos disponibles aujourd’hui sur le marché français) recommandent d’opter pour l’emporte-pièce. Cette coupe vous évitera d’avoir à prendre la totalité du module en bouche et vous permettra de fumer « du bout des lèvres », un peu comme un calumet.

 

La prise en bouche

Fumer un gros module sollicite la mâchoire et peut poser des problèmes aux petites morphologies. Attention, donc, à bien prendre en compte ce facteur. N’oubliez pas de reprendre fréquemment en main votre cigare, voire de le laisser reposer au bord du cendrier : vous épargnerez ainsi votre mâchoire et éviterez une trop grande production de salive.

 

L’allumage

Pour allumer un gros module, privilégiez les allumettes longues ou les torches pour pouvoir correctement embraser l’ensemble du pied.

 

La dégustation

La vitesse de dégustation a une influence directe sur la chaleur de la fumée et donc sur la précision des arômes délivrés. La fumée doit être la moins chaude possible pour que les arômes s’expriment au mieux. Les très gros modules présentant habituellement un tirage aisé, il conviendra de les fumer particulièrement lentement pour éviter qu’ils chauffent.

 

Vous devriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

Praesent elit. Praesent luctus libero sem, suscipit in quis mattis tristique