Pour Horacio, « la baisse des ventes n’est pas catastrophique »

Deux questions à François Soyez, président de Cigares du monde, qui importe en France les marques Horacio, Final 8, Kingdom, Vegas de Santiago, OX et Estelí Club.

 

 

Quelle est la situation pour vous ?
Nous avons recours en partie au chômage partiel et au télétravail. En terme de ventes, nous avons enregistré une baisse de notre chiffre d’affaires en mars et la tendance est à peu près identique en avril, mais ce n’est pas catastrophique. Nous faisons de bonnes ventes dans le Sud ainsi qu’à Paris et en région parisienne. Les civettes qui ne sont pas fermées réalisent parfois le double ou le triple de leur chiffre habituel sur nos cigares. Nous avons été impactés par la fermeture de certains clients où nous sommes habituellement très présents (Drugstore Publicis, etc.). Mais là où c’est ouvert, les consommateurs ont tendance à acheter des boîtes complètes plutôt que des cigares à l’unité.

Comment se passent les approvisionnements ?
J’avais trois ruptures depuis quelques jours (Horacio Colosso, Horacio IV et Horacio VI), mais la livraison doit arriver dans les prochaines heures. Je continue à être approvisionné par notre fabrique au Nicaragua, via UPS, même si c’est un peu plus long que d’habitude car les transporteurs ne nous considèrent pas comme prioritaires. Sur place, la fabrique est restée fermée pendant deux semaines mais nous avons repris avec des mesures sanitaires.

 

Propos recueillis par Laurent Mimouni
(Légende photo : En haut, François Soyez avec Christophe Leroy, l’un des fondateurs de la marque Horacio)

 

Vous devriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

accumsan odio massa dolor venenatis id