Le Cohiba 55 Aniversario mis sur orbite

Le lancement mondial de l’édition limitée 2021 a eu lieu le week-end dernier, avec dégustation dans une dizaine de sites retransmise par satellite.

 

Thierry Dussard, envoyé spécial à Athènes

 

Lagonissi, à mi-chemin entre Athènes et le cap Sounion, où le temple de Poséidon surplombe la Méditerranée, on ne pouvait rêver plus beau site pour fêter le 55e anniversaire de Cohiba. Une apothéose célébrée un samedi de pleine lune, le 14 mai dernier, avec une centaine d’invités venus de toute l’Europe. Des aficionados liés entre eux par une passion commune, mais aussi par la magie d’écrans géants répartis entre Athènes, Abidjan, Abuja, Amman, Dubaï, Erbil, Limassol, Manama, Koweit, Riyad ainsi que Jeddah – le tout orchestré depuis l’hôtel Phoenicia de Beyrouth, en liaison avec Cuba.

Les Italiens étaient venus en force, et vêtus comme pour une première au festival de Cannes, munis pour certains de leur humidor personnel en chevreau ou en croco. Tous soucieux de manifester leur ferveur, comme Giorgio et Paolo Bassan dont le club de fumeurs a pour nom l’adresse historique de la manufacture Partagás à La Havane (aujourd’hui transférée dans un autre quartier) : Calle de la Industria 520. Nicola Pileggi de Brescia donnait le bras à Sarah de Bari, sous l’œil amusé du Hongrois Peter Fuzi, qui tient une civette à Budapest à côté de l’opéra. Tandis qu’une bourse d’échanges à ciel ouvert, d’éditions régionales ou de cartes de visite, animait l’apéritif.

La délégation italienne

Le puro entre en scène

Puis une cohorte de vestales en tailleur noir s’est mise à distribuer des havanes bagués du fameux damier noir et blanc à ces amateurs privilégiés, qui guettaient l’arrivée du 55 Aniversario. Ses caractéristiques n’avaient déjà plus de secret pour les lecteurs attentifs de L’Amateur et de cigars-connect, nombreux parmi les convives ce soir-là : une tête tirebouchonnée, une longueur de 150 mm égale à celle d’un Siglo VI, avec un diamètre légèrement supérieur, soit 23 mm (cepo 57). Le tout ceint de trois bagues, celle au profil de l’Indienne taïno, une autre noir et or « Edicion Limitada 2021 », et enfin une anilla de pie, autrement dit une bague de pied, déjà généralisée chez certains fabricants mais encore rare chez Habanos.

Le Cohiba 55 Aniversario EL 2021

Ils en parlaient tous, et même cette déesse grecque au dos dénudé, qui affectait de ne pas fumer, mais de chérir l’objet vénéré de son compagnon, et la marque célèbre pour avoir été celle de Fidel avant de partir à la conquête du monde, en 1966. Plus qu’un cigare, c’est un Cohiba. A l’instar du Barça, « Más que un club », diraient les fans de foot. Sujet de toutes les conversations, personne cependant ne l’avait encore goûté, ni même touché, et il fallut patienter jusqu’à ce que le soleil se couche sur la mer Egée, et que le dîner soit servi – crevettes marinées et turbo grillé, arrosés de vins du mont Athos.

Walid Saleh, PDG de Phoenicia, distributeur exclusif des havanes en Afrique, au Moyen-Orient, à Chypre et en Grèce – et organisateur de la soirée –, lève enfin l’embargo du 55 Anniversario, dont le prix devrait tourner autour des 300 euros, selon nos informations. Un tarif mondial désormais aligné sur celui de Hong Kong, qui fait frémir à l’avance toute la planète cigare.

Peter Fuzi, propriétaire de la civette de l’opéra à Budapest

Mais pour l’heure l’assistance avait la tête ailleurs. Prestement coupé, et aussi vite allumé, le Cohiba se révèlait d’un tirage parfait, à l’image de la Dodge Fluid Drive décapotable garée devant l’hôtel, comme un clin d’œil à celles qui sillonnent le Malecón. Alors que les rhums Havana Club, Zacapa du Guatemala, ou Diplomático du Venezuela se disputaient les verres, afin d’accompagner ce cigare que Zeus lui-même, Maître de l’univers, aurait fumé jusqu’au dernier tiers.

Vous devriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

efficitur. id venenatis, ante. consectetur Curabitur Donec mattis non