Nos cigares sont-ils trop humidifiés ?

Une interrogation technique ou pratique sur le cigare ? Dans chaque numéro, retrouvez les réponses d’un membre du comité de dégustation. Ce mois-ci, Alban Cordier nous éclaire sur le bon taux d’hygrométrie de nos vitoles.

Pour bien conserver ses cigares, l’étiquette impose que les conditions suivantes soient réunies : une humidité de 70 % et une température de 18 °C. Dans cette configuration, la combustion est régulière, le tirage aisé, la fumée légère, et la vapeur d’eau contenue dans la vitole adoucit les effets irritants d’une mauvaise combustion et laisse les arômes s’exprimer – en théorie…

À DOMICILE

Installez votre humidor domestique dans une pièce à la température stable et veillez à ce que votre hygromètre se stabilise sur 70 %. Choisissez un bois neutre et non poreux pour le coffrage intérieur. Privilégiez de l’eau déminéralisée mélangée avec du propylène glycol (disponible en pharmacie) et changez la mousse de votre humidificateur régulièrement. Vous aurez alors tout bon !

EN CIVETTE

De très nombreux professionnels s’imposent de proposer à leur clientèle des cigares particulièrement bien conservés. Mais un certain nombre ont aussi une tendance avérée à trop humidifier leurs cigares, ce qui les rend rarement propices à une dégustation immédiate.

Les débitants maintiennent en effet un niveau de surhumidification dans leur armoire en raison des ouvertures et fermetures fréquentes. En outre, un cigare humide résiste mieux à la palpation de certains clients indélicats. Les capes paraissent aussi plus grasses au toucher lorsqu’elles sont bien humidifiées.

Mais un cigare trop humide offre, à cause de la dilatation des feuilles de tabac, des conditions de tirage difficiles. Il aura par ailleurs un goût plus lourd et tendance à s’éteindre plus souvent. Il risque même de moisir, à la longue.

Le + d’Alban Cordier

Personnellement, je fume donc rarement un cigare acheté à la volée. Je le « conserve » à l’air libre et attends en général au moins deux bonnes heures avant de l’allumer.

Je fume en moyenne, depuis une vingtaine d’années, un cigare par jour et j’ai pris l’habitude de fumer « sec », c’est-à-dire autour de 60 % d’humidité. C’est le taux que je constate naturellement dans mon armoire, sans jamais l’humidifier… ou très rarement.

Attention, fumer dans ces conditions impose d’être délicat et précautionneux, car les capes sont fragilisées lorsque le cigare est un peu sec.

Mais ainsi, je n’ai jamais de problème de tirage puisque la combustion est facilitée, ce qui ne me gêne pas puisque je fume très lentement (fumer un robusto me demande deux heures minimum). Tout est histoire de goût !

 

 

Vous devriez aimer aussi...

Laisser un commentaire