Cuba : achats de cigares interdits pour les touristes américains

Donald Trump a annoncé hier de nouvelles sanctions contre Cuba. Elles visent notamment les achats de havanes par des touristes américains dans l’île, mais aussi dans les autres pays.

« Aujourd’hui, dans le cadre de notre lutte continue contre l’oppression communiste, nous allons restreindre davantage l’importation d’alcool cubain et de tabac cubain. Ces actions garantiront que les dollars américains ne financent pas le régime cubain », a déclaré Donald Trump dans un discours en l’honneur des vétérans de la Baie des Cochons à la Maison Blanche mercredi 23 septembre

Le règlement publié hier par l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du Département du Trésor indique que l’OFAC exclut désormais « l’importation aux États-Unis d’alcool et de produits du tabac d’origine cubaine », c’est-à-dire la possibilité pour les Américains qui se rendent à Cuba de rapporter des cigares sur le sol des Etats-Unis. Une telle « importation » était permise depuis le rapprochement entamé en 2014 entre Barack Obama et Raul Castro, dans la limite de 100 cigares par personne.

La nouvelle réglementation interdit non seulement l’achat de cigares et de rhum pour les Américains qui se rendent à Cuba, mais elle interdit aussi aux touristes américains en voyage par exemple au Canada, en Europe ou au Mexique, de rapporter des havanes sur le sol des Etats-Unis. (L’achat de cigares et de rhum cubains par correspondance ou sur Internet par des Américains est interdit depuis longtemps et reste illégal.)

Interdiction de résider dans les hôtels

Le Département du Trésor a par ailleurs modifié les règlements d’embargo sur Cuba pour interdire aux touristes américains de résider dans des hôtels ou des propriétés contrôlées par le gouvernement cubain, par des représentants du gouvernement et du Parti communiste, ou par leurs proches parents.

Toutes ces propriétés interdites aux touristes américains figurent dans une liste créée par le Département d’État. Les entreprises de tourisme soumises à la juridiction américaine ne pourront pas faire de réservation dans ces établissements. La liste répertorie 433 hôtels et propriétés, y compris certaines casas particulares (chambres chez l’habitant) que le département d’État a déterminé comme n’étant pas indépendantes du gouvernement.

Le dirigeant cubain Miguel Díaz-Canel a fustigé sur Twitter « l’empire » américain et ces nouvelles mesures « qui violent les droits des Cubains et des Américains. Sa politique cruelle et criminelle sera vaincue par notre peuple, qui ne renoncera jamais à sa souveraineté. »

Toutes ces dispositions ont été publiées hier au Federal Register (l’équivalent du Journal Officiel aux Etats-Unis) et sont donc immédiatement entrées en vigueur, même si pour l’heure, Cuba est toujours fermée au touristes étrangers en raison de l’épidémie de Covid-19.

(Photo : compte Twitter du Département d’Etat américain)

Vous devriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

felis amet, elementum ut luctus commodo dapibus odio ipsum ut